Compte-rendu du conseil municipal du 24 octobre

Conseil municipal Bordeaux 24/10/2016

Projet de renouvellement urbain du Grand Parc

Nous saluons la mise en place, enfin, de la maison du projet, trois ans après la prise de décision de la ville à l’occasion des réunions de concertation. Nous espérons, tout comme le plan guide de ce projet est évolutif, que cette maison du projet permette d’accueillir de nombreux habitants parmi les 11000 de ce quartier emblématique, et surtout de prendre en compte leurs remarques souvent de bon sens qui participent du mieux-vivre ensemble.

Delphine Jamet regrette également que l’étude de l’A Urba sur les Boulevards de Bordeaux ne soit pas prise en compte dans le plan-guide de ce projet, notamment la partie concernant les cheminements cyclables.

La description des projets de jardins collectifs (jardins familiaux et jardins partagés) doit également être affinée. Delphine Jamet demande enfin des clarifications sur la future implantation du centre social, qui ne figure plus dans le plan guide, et son articulation avec le centre d’animation.

Projet urbain Grand Parc

Projet urbain du Grand Parc – Bordeaux

Subvention municipale à Bordeaux So Good : elle doit être conditionnée par le rappel officiel de la  lutte nécessaire contre l’invasion de l’agrochimie dans nos assiettes

A l’instar de ce que le président de la métropole a accepté concernant le conditionnement de la subvention de 25000€ à l’événement « Bordeaux tasting » pour la promotion des vins bio, suite à l’intervention de Pierre Hurmic en conseil de métropole du 21 octobre 2016, nous demandons un conditionnement des 45 000€ de subvention communale pour la promotion de l’alimentation biologique, exempte d’engrais et de pesticides de synthèse.

« Nous ne souhaitons pas que cette manifestation soit uniquement commerciale et hors-sol, c’est-à-dire déconnectée des préoccupations de nombreux citoyens ». Pierre Hurmic cite ainsi le travail de l’association « Alerte des médecins sur les pesticides », suite au rapport de l’institut national de Veille sanitaire de 2013 sur le niveau d’exposition de la population française aux pesticides.

Il cite également une lettre ouverte récemment publiée par les plus grands chefs de la gastronomie française intitulée : « Lettre ouverte contre l’invasion de l’agrochimie dans nos assiettes »

En voici un extrait :

« Le rachat du groupe américain Monsanto par l’allemand Bayer, en septembre 2016, ne peut pas laisser les professionnels de la restauration indifférents. Avec cette acquisition, ce nouveau mastodonte des semences et des pesticides a une ambition : contrôler toute la chaîne alimentaire, de la terre où pousse la semence jusqu’à l’assiette du consommateur. Une telle entreprise n’a qu’une ambition : accroitre ses activités, donc ses bénéfices, sur tous les continents, au mépris de la biodiversité et de la santé des populations. Si l’Union européenne s’est montrée inquiète suite à ce rapprochement, les citoyens ne peuvent se contenter de regarder la chimie remplir leurs assiettes.

Ardents défenseurs du bien manger, engagés quotidiennement dans la valorisation du bon produit et des petits producteurs, les professionnels de la restauration veulent rappeler leur attachement à quelques valeurs fondamentales : le soutien à la biodiversité, le respect de l’environnement et la santé des consommateurs. »

Pierre Hurmic demande que la subvention de 10% de la mairie soit conditionnée au respect de ces trois valeurs fondamentales et demande a minima que cette manifestation rappelle officiellement la lutte nécessaire contre l’invasion de l’agrochimie dans nos assiettes et la nécessité de tendre vers le zéro pesticide.

Subventions municipales pour les illuminations de Noël : nous proposons qu’après des années de subventions avec majoration de 10% des aides pour des illuminations équipées de LED, la Mairie conditionne systématiquement ses subventions des illuminations de Noël aux équipements munis de LED à basse consommation énergétique.

Installation des compteurs électriques communicants Linky 

Nous rappelons notre intervention en conseil du 2 mai dernier, ainsi que l’accord du Maire, pour demander une fois encore que la mairie organise des réunions d’information des Bordelais sur l’installation de ces compteurs communicants par Enedis. Pierre Hurmic cite un avis récemment rendu par la ligue des Droits de l’Homme (LDH) :

« Reste aussi qu’un sérieux défaut d’information préalable à l’installation entraîne toutes sortes d’inquiétudes et des refus nombreux. Ainsi les installations des compteurs Linky qu’Enedis sous-traite à différents opérateurs en régions peut, en fonction du prestataire, très mal se passer, dès lors que les clients refusent cette installation, avec une utilisation de la force ou de la ruse tout à fait inacceptable. En tant que « donneur d’ordre », la responsabilité d’Enedis est engagée par l’attitude de ses sous-traitants. La LDH demande à Enedis une meilleure information préalable des clients, elle veillera à ce qu’un accès soit proposé aux personnes n’ayant pas accès à l’Internet et restera vigilante quant au respect du protocole de protection des données personnelles. »

Ce malaise dénoncé existe aussi à Bordeaux et nous demandons à nouveau que ces réunions d’informations soient organisées le plus rapidement possible.

Equipement en tableaux numériques interactifs des écoles privées : nous nous abstenons en attendant d’avoir le bilan complet du projet « Bordeaux Cité digitale », suite au courrier que nous avions reçu du Préfet après notre sollicitation.

Fonds d’intervention locale et Fonds d’investissement des quartiers 

Nous voterons toujours contre ces délibérations tant que la mairie n’aura pas mis à plat le système de subventionnement des conseils de quartier et mis en oeuvre des budgets participatifs comme nous le suggérons depuis le début du mandat 2014-2020.

Casino de Bordeaux Lac

Nous votons contre une délibération permettant au Casino d’affecter 257 000 euros pour remplacer la toiture rigide de la terrasse par un toit composé de lames orientables. Pierre Hurmic rappelle son intervention lors du conseil municipal du 28 janvier 2013, qui explicitait le vote contre du groupe écologiste autorisant la construction de cette terrasse, visant à encourager une double addiction : le jeu et l’usage de la cigarette. Nous ne souhaitons pas être complices de ce type d’investissement. Nous rappelons que le compte 471 doit servir « à l’amélioration et à l’embellissement du site de Bordeaux Lac ». La plantation d’arbres à proximité du Casino auraient davantage contribué à l’embellissement du site.

Remonter