Eco-manifestations : avec la Fête du fleuve, la ville de Bordeaux va à vau-l’eau ! 

Adopté en séance de Conseil le 29 mai, le Plan Déchets définit la politique de Bordeaux Métropole en matière de gestion des déchets pour les cinq prochaines années. Dénonçant le manque flagrant d’ambition de ce plan qui, entre autres maux, confirme la politique de l’exutoire par le prolongement de l’exploitation de l’incinérateur de Cenon « au moins jusqu’en 2027 », les élus écologistes de Bordeaux Métropole avaient votés contre son adoption [1].

Sur les 26 millions d’euros d’actions prévus, seuls 500 000€ sont directement affectés aux actions de prévention via la poursuite du programme local de prévention des déchets, soit moins de 2 %. Ce programme prévoit pourtant l’attribution d’aides financières aux associations portant des projets emblématiques pour la réduction des déchets, démarche à encourager compte tenu du nombre d’événements sportifs et culturels amenés à être organisés sur le territoire métropolitain.

Proposant un accompagnement dans la mise en place de pratiques éco-responsables sur des événements, l’association Aremacs [2] avait sollicité à ce titre une subvention de fonctionnement de 6 300 €. Votée à l’unanimité en commission Haute Qualité de Vie de Bordeaux Métropole, cette subvention a pourtant été retirée de l’ordre du jour du Conseil à la demande d’Alain Juppé, celui-ci ne voyant pas l’utilité de soutenir un tel projet.

L’intérêt est pourtant réel et l’organisation de la Fête du fleuve ces derniers jours à Bordeaux en est la meilleure preuve ! Grand succès populaire, la manifestation n’en est pas moins un échec retentissant en matière d’éco-responsabilité. Si l’absence quasi-généralisée de prévention et d’information des passants est à relever, là n’est pas le plus choquant. En effet, alors que cette démarche se généralise et entre dans les mœurs, aucun système de consignation de gobelets réutilisables n’était instauré durant les 10 jours de manifestation, l’organisation préférant avoir recours à de traditionnels verres en plastiques jetables. L’utilisation de produits « éco-compatibles » occupe pourtant une place centrale dans les critères d’évaluation définis pas la Mairie de Bordeaux pour les événements organisés sur son sol [3].

Avec 520 000 participants à la Fête du fleuve soit potentiellement autant de verres en plastiques partis à la poubelle, la Mairie de Bordeaux ne respecte pas ses propres prescriptions !

Pierre Hurmic, Président groupe des élu-e-s écologistes de la ville de Bordeaux

Gérard Chausset, Président groupe des élu-e-s écologistes de Bordeaux Métropole

[2] Site internet de l’association Aremacs : http://www.aremacs.com/

Remonter