Eva Joly répond à l’appel de France métissée
Partager

Mettre au coeur du débat politique la France d’aujourd’hui et de demain, la France métissée : tel est le souhait d’Eva Joly qui, dans cette tribune publiée en exclusivité par Terra Nova, répondà l’appel aux candidats lancé le 24 janvier dernier par Respect Mag et Terra Nova, et s’exprime sur certaines propositions défendues dans cet appel pour promouvoir la diversité et faire bouger la République.

Les Françaises et les Français vivent la France métissée. Noirs, blancs, asiatiques, arabes, ils prennent part à la même aventure collective. Athées, musulmans, catholiques, binationaux ou non, les citoyens pratiquent quotidiennement la diversité et font émerger la France qui leur ressemble.

Evidemment, certains de nos compatriotes glorifient encore l’image des « Français de souche » et attendent des autres qu’ils restent « discrets », qu’ils s’assimilent à une identité nationale qui serait menacée. Mais mon sentiment est que les citoyens avancent plus vite que les dirigeants, qu’ils sont d’ores et déjà en train d’écrire un récit national bien différent de celui imaginé par la droite dure.
C’est pourquoi, même si je ne pourrai être parmi vous ce soir à l’occasion de votre événement à la Bellevilloise, je tenais à saluer votre initiative. Il s’agit, pour moi, de combler le fossé entre la France métissée telle qu’elle est vécue par nos concitoyens et celle hors sol de nombre des dirigeants politiques.
J’ai lu attentivement vos propositions, et permettez moi tout d’abord d’exprimer mon accord avec vos deux préalables. Je me suis d’ores et déjà engagée pour l’utilisation encadrée de « statistiques de la diversité ». Quant à la nécessité de sortir du faux débat entre républicains et communautaristes, elle est cruciale. Je désespère de cette classification qui plaît tellement aux partisans de l’immobilisme comme à ceux qui n’ont pas envie de prendre le temps de la réflexion. Je suis républicaine et je reconnais la diversité des citoyens.
C’est pourquoi j’ai été tellement étonnée des réactions à ma proposition de reconnaissance symbolique de l’islam et du judaïsme dans le calendrier républicain, proposition qui figure également dans votre livre blanc. Cette proposition est issue de la commission Stasi de 2003. Une commission communautariste ? C’est la même commission qui a conduit à l’interdiction du port du voile à l’école !
Concernant vos 15 autres propositions, je constate que 4 d’entre elles relèvent d’une forme de discrimination positive des minorités visibles, que ce soit en entreprise, dans les médias ou dans les partis politiques, avec à l’occasion un recours transitoire à des quotas. Ces question soulèvent polémique  dans notre société, de manière parfois violente. Je voudrais néanmoins vous dire que je suis ouverte à l’organisation d’un débat serein sur ces thèmes  pour dépasser les incompréhensions et les préjugés. Mais le débat ne doit pas être un prétexte pour noyer le poisson. Le débat est fait pour convaincre à mes yeux de l’urgente nécessité à ce que la diversité de notre société ne soit plus niée, et qu’on puisse la retrouver à tous les niveaux de notre organisation sociale et dans tous les champs d’activités.
Je n’ai aucune réserve concernant les autres propositions qui figurent dans votre Livre Blanc. A commencer par le réinvestissement bancaire dans les quartiers populaires : il s’agit d’une mesure particulièrement innovante, qui pointe du doigt un phénomène méconnu – l’appauvrissement des quartiers populaires par le système bancaire – et que je reprends très volontiers à mon compte. De même concernant votre proposition d’emplois francs pour réduire le chômage dans les quartiers populaires : elle viendrait compléter efficacement la politique de rénovation urbaine afin que l’Etat investisse autant dans l’humain que dans le béton. Enfin, l’octroie d’un statut aux langues de France, la mixité des logements ou encore le récépissé de contrôle d’identité pour restaurer la confiance entre la population et la police figurent d’ores et déjà dans mon projet présidentiel.
Je vous remercie encore pour votre initiative. J’espère qu’elle contribuera à mettre au cœur du débat politique non pas la France d’hier mais celle d’aujourd’hui et de demain, la France métissée.
Avec tout mon respect

Eva Joly