La tribune des élu-es de Bordeaux sur le Bordeaux Mag de l’été 2013

Tortue Cistude d'Europe

Une tribune écrite il y a un mois mais qui n’en demeure pas moins d’actualité aujourd’hui !

Non, l’écologie n’est pas soluble dans la crise

En ce début du mois de juin, nous avons été alertés par la perspective de voir disparaître la page  « Planète » du journal « Le Monde ».

Ce constat pourrait paraître anecdotique s’il ne révélait la triste manière dont l’écologie est considérée actuellement, tant par une partie du personnel politique que par de grands médias.

A ce titre, nous persévèrerons dans  la défense de la Planète et  l’écologie de terrain dans les colonnes de ce journal municipal par le biais de la modeste tribune qui nous est octroyée.

Nous nous rappelons avec effroi avoir entendu le Président de la République Nicolas Sarkozy en mars 2010 lors du salon de l’agriculture proclamer : « L’environnement, ça commence à bien faire ! », signant ainsi la fin d’une éphémère conversion écologique.

Le même effroi nous a saisis, lors du conseil de la communauté urbaine du 26 avril dernier, lorsqu’un membre de l’UMP  a lancé in extenso, en réponse à une intervention de Marie-Claude Noël sur le nécessaire lien entre écologie et développement économique : « il arrive un moment où il faut arrêter de faire chier les gens ! ». Triste débat local lorsqu’il s’agit d’envisager  la prise en compte de la nature dans les projets urbains et économiques de notre territoire…

Pourtant, les écologistes n’ont jamais opposé environnement et emploi.

Bien au contraire, ils proposent une manière innovante de concilier ces deux notions.

La conversion écologique de l’économie est ainsi  une source d’emplois locaux de qualité et non délocalisables dans de nombreux domaines dont ceux de l’alimentaire (valoriser les circuits courts et les producteurs locaux…), de l’énergie (développement des filières renouvelables…), du bâtiment (notamment la rénovation thermique du bâti existant…), de l’industrie…

Cette relocalisation de l’économie locale va également de pair avec une économie collaborative qui valorise autant l’usage d’un bien que sa possession et incite au partage et à de nouveaux rapports  sociaux de coopération.

Le groupe EELV de Bordeaux ne manquera pas, dans les semaines qui viennent, de décliner concrètement l’ensemble de ces objectifs à l’échelle municipale et intercommunale.

En réponse à tous ceux qui pensent que les écologistes ne s’intéressent qu’aux oiseaux et aux fleurs, et pas assez aux Humains, peut-on mieux répondre que ne l’a fait Pierre Rabhi quand il s’interroge non seulement sur la Planète que nous laisserons à nos enfants mais aussi sur les enfants que nous laisserons à notre Planète ?

Remonter