Pour une forêt urbaine à La Jallère – notre tribune novembre 2018
Partager

Connaissez-vous le site de La Jallère, à Bordeaux- Lac, situé juste au-dessous du grand stade, entre le Lac à l’ouest et l’avenue de Labarde à l’est ?

C’est un espace de 95 hectares, en partie urbanisé (bureaux), mais en majeure partie en l’état de vastes zones humides (12 ha + 4.8 ha déclassés) et friches naturelles (40 ha).
Bordeaux Métropole a l’intention d’aménager ce site pour construire un quartier mixte, très peu dense, de 2 000 logements (20 logements/ha) et des locaux d’activité, tout en conservant les zones humides.

Nous avons mené, depuis 2015, un combat qui a permis de sauvegarder ces zones humides, initialement menacées par le projet d’urbanisation[1].
Mais notre engagement contre l’artificialisation du site continue, car nous estimons qu’il ne faut pas urbaniser davantage cette zone.
Le conseil municipal de septembre 2018 a lancé la concertation autour de ce projet d’aménagement de La Jallère conçu par l’architecte urbaniste Nicolas Michelin.
A cette occasion, nous avons déploré que ce projet unique soit soumis à concertation et nous avons réclamé qu’un projet alternatif soit également présenté pour permettre un vrai choix des Bordelais.e.s consulté.e.s.
Ce projet alternatif que nous proposons consiste à renoncer à urbaniser la parcelle de 40 hectares propriété de Bordeaux Métropole et à planter, à la place, une forêt urbaine.

Le boisement pourrait aller jusqu’à 48 000 arbres, ce qui doublerait le nombre d’arbres de la ville de Bordeaux.
Contre toute attente, Alain Juppé a accepté cet amendement.
Notre projet de forêt urbaine de 40 hectares sera donc soumis à la concertation ce qui est déjà, pour nous, une première victoire.
Après avoir affronté sarcasme, hostilité ou indifférence, de la part de la plupart de nos collègues élus, le plus dur reste à faire.

Il nous faut étoffer le projet et nous travaillons avec des professionnels de la reforestation qui accueillent avec enthousiasme notre vision de l’aménagement du site.

L’idée d’une forêt « nourricière » (de type vergers urbains) est aussi envisagée et pourrait s’inscrire dans la démarche actuelle de la métropole de co-construction de sa politique alimentaire locale.
« Aucun financement de la Métropole n’accompagnera l’étude de ce projet alternatif », a tenu à nous assurer le président de Bordeaux Métropole, au cas où nous aurions cru, un instant, certains prêts à investir pour faire face aux menaces climatiques et à l’effondrement des écosystèmes.
Proposer la plantation de 48 000 arbres à des élus persuadés qu’il est plus judicieux, et sûrement futuriste, de bitumer et bétonner nos derniers espaces naturels urbains, tient lieu de provocation.
Pour que notre proposition voie le jour nous avons besoin du soutien de tous les Bordelais.e.s.

La ville de demain se construit aujourd’hui, il n’y a nul besoin d’attendre 2050 pour commencer à comprendre la nécessité de nous adapter au dérèglement climatique.

[1] http://bordeaux.eelv.fr/victoire-pour-la-foret-urbaine-a-la-jallere-notre-2de-victoire-apres-la-sanctuarisation-des-zones-humides/