Square en danger, immeuble en projet : destruction du square Sue Bordeaux Bastide, non à la mort d’un îlot de fraîcheur et d’un espace de convivialité

Square Sue en danger - Bordeaux bastide

Suite au retrait de la délibération qui concernait la désaffectation et le déclassement du square lors du conseil municipal du 25/01 ; Delphine Jamet a écrit une lettre au Maire de Bordeaux, Alain Juppé le 26/01 :

Monsieur Le Maire,

Vous avez retiré de l’ordre du jour hier en conseil municipal la délibération relative à la désaffectation, au déclassement et à la cession à Domofrance d’une parcelle de 288m2 qui est actuellement le square arboré, Marie Louis Sue, (et non Eugène Sue comme indiqué dans la délibération retirée).

Nous souhaiterions obtenir davantage d’informations sur la suite que vous comptez donner à ce projet.

Nous vous informons de notre opposition à ce projet pour les raisons suivantes :

La première, comme vous vous en doutez, pour une raison de bon sens d’écologie urbaine. Ce square est un des seuls îlots de fraîcheur pour le quartier.
L’étude sur les îlots de chaleur réalisée à la demande de Bordeaux métropole dans la cadre de son agenda 21 indique clairement que le lycée François Mauriac situé en face du square est un îlot de chaleur important avec ses toitures noires et sa cour bétonnée. Dans son document de communication, Bordeaux métropole indique clairement la problématique des îlots de chaleur urbains (ICU) : « Les ICU se manifestent par une augmentation relative des températures, mais aussi par des teneurs en polluants plus élevées. Les ICU ont des conséquences sur la santé (problèmes respiratoires) et participent à l’aggravation de crises sanitaires lorsqu’ils sont combinés à des épisodes caniculaires. Ces épisodes vont se multiplier dans les prochaines années, d’où l’importance d’engager urgemment des mesures de lutte contre les ICU. »
Le bureau d’étude ECIC et l’association climatologique de la Moyenne-Garonne qui ont réalisé cette étude, préconisent « la formation d’îlots de fraîcheur urbains comme moyens de lutte » contre les ICU. Bordeaux métropole indique qu’ « à terme ces préconisations devront être prises en compte dans tout projet d’aménagement »
Compte tenu des préconisations de l’étude, la proximité de la « séquence Deschamps » du parc aux angéliques invoquée par la mairie ne justifie pas la perte d’un îlot de fraîcheur dans ce quartier. Cette proximité étant toute relative puisque le parc aux angéliques est situé à plus de 800 mètres.
Au lendemain de la COP 21, c’est un très mauvais signal qui serait envoyé de votre part.

La seconde raison est qu’un square est un lieu de vie et de rencontres. Le Square Marie Louis Sue est situé en face du lycée François Mauriac, deux assistantes maternelles et une micro-crèche sont présentent à proximité immédiate. Plutôt que de bétonner cet espace il serait souhaitable de l’aménager et de le rendre plus convivial (sachant que la première aire de jeu pour enfants se trouve à plus d’un kilomètre).
Dans le dossier de permis de construire que nous avons consulté, il n’est jamais fait mention du square, il est même complètement ignoré.
Dans la grille de lecture des projets Ville de bordeaux, à la question : « comment avez-vous traité le problème d’imperméabilisation des sols ? » La réponse est : « Les bâtiments existants imperméabilisent déjà toute la parcelle » !
Les 6 arbres du site vont donc être rasés et s’il y a bien reconstruction d’un jardin en pleine terre au centre de l’îlot dans le projet Domofrance, il sera bien plus petit et non ouvert sur la cité.
Les opérations immobilières ne doivent pas aller à l’encontre des besoins des habitants qui nécessitent de maintenir des lieux de convivialité dans la ville.

La troisième raison est que le permis de construire déposé par le Cabinet d’architecte Moga, ne prend pas en considération la station VCUB qui longe actuellement le square. Elle n’est pas représentée sur les vues 3D de la rue Dunant fournies dans le dossier de permis de construire.
Et, elle devra, si le bâtiment B est réalisé, être déplacée, ce qui implique un coût minimum de 30 000 euros. Qui va payer ? Est-ce la Métropole, qui n’a jamais été saisie du dossier, ou bien Domofrance ?

Enfin, la quatrième raison est que ce dossier est particulièrement opaque :
Plus on se penche sur le dossier plus certaines questions émergent. On peut ainsi se demander comment Domofrance pouvait avoir la certitude que la parcelle lui serait vendue ? Il y a maintenant plus de 3 ans, en 2013, le bailleur social a engagé des frais en études et bureau d’architectes pour déposer un permis de construire sans être propriétaire de cette parcelle ? Si cela n’est pas illégal c’est tout de même étonnant ! Où est la transparence dans ce dossier ? Y a t-il eu promesse de vente ? Par qui et quand ? Comment se fait-il que le déclassement et la cession n’aient été prévus qu’en Conseil municipal de janvier 2016 ?
De plus, l’affichage du permis de construire a été fait en avril dernier sur l’un des bâtiments qui va être déconstruit à proximité, mais rien n’indiquait que le square aller être sacrifié (mis à part le n° de la parcelle cadastrale). Les délais de recours sont donc passés. Le square est clôturé depuis le 8 janvier 2016 dans l’optique de sa désaffectation et de son déclassement. En effet, il fallait respecter l’article L 2141-1 du code Général de la propriété des personnes publiques et établir que cette parcelle n’était plus affectée à l’usage direct du public. Le square a été clôturé, en y mettant des panneaux « Danger » pour que son usage cesse et que vous puissiez le sortir du domaine public ! Sans cette clôture, le square serait toujours utilisé à l’heure d’aujourd’hui, sans aucun danger.
La préservation du square ne remettrait pas en cause l’ensemble du projet puisque l’immeuble qui doit être construit sur ce square ne compte que 6 logements sur les 20 prévus pour cette opération immobilière.
Aussi, pour toutes ces raisons, Monsieur le Maire, chers collègues, je vous demande de reconsidérer le projet de déclassement et la cession de ce square, et plutôt de l’aménager en y installant a minima des bancs publics (et pourquoi pas une aire de jeux ?) pour le rendre à ses habitants.
Nous vous remercions de l’attention que vous porterez à notre requête, et aux réponses que vous saurez apporter à nos interrogations.
Dans cette attente, nous vous prions de croire, Monsieur Le Maire, en l’assurance de notre respectueuse considération,

Delphine Jamet,
Conseillère municipale EELV de Bordeaux

———————

Le prochain conseil municipal de Bordeaux du 25/01/2016 va proposer la cession d’une parcelle de 288m2 au profit du bailleur social Domofrance, pour accueillir des bâtiments de l’école de design CREASUD et des logements.

Cette parcelle est actuellement un square arboré qui constitue un îlot de fraîcheur pour le quartier. Le square est clôturé depuis le 8 janvier 2016 dans l’optique de sa désaffectation et le permis de construire accordé depuis le 21 avril 2015.

L’étude sur les îlots de chaleur réalisée à la demande de Bordeaux métropole dans la cadre de son agenda 21 indique clairement que le lycée François Mauriacsitué en face du square est un îlot de chaleur important avec ses toitures noires et sa cour bétonnée. Dans son document de communication, Bordeaux métropole indique clairement la problématique des îlots de chaleur urbains (ICU) : « Les ICU se manifestent par une augmentation relative des températures, mais aussi par des teneurs en polluants plus élevées. Les ICU ont des conséquences sur la santé (problèmes respiratoires) et participent à l’aggravation de crises sanitaires lorsqu’ils sont combinés à des épisodes caniculaires. Ces épisodes vont se multiplier dans les prochaines années, d’où l’importance d’engager urgemment des mesures de lutte contre les ICU. »

Le bureau d’étude ECIC et l’association climatologique de la Moyenne-Garonne qui ont réalisé cette étude, préconisent « la formation d’îlots de fraîcheur urbains comme moyens de lutte » contre les ICU. Bordeaux métropole indique qu’ « à terme ces préconisations devront être prises en compte dans tout projet d’aménagement »

Compte tenu des préconisations de l’étude, la proximité de la « séquence Deschamps » du parc aux angéliques invoquée par la mairie ne justifie pas la perte d’un îlot de fraîcheur dans ce quartier.

Par ailleurs, le quartier compte peu d’aires de jeux pour enfants (la première est situé à 1km de la zone), alors qu’à proximité immédiate du square se situent deux assistantes maternelles et une micro-crèche.

Nous posons donc la question au maire de Bordeaux :

Alors qu’il a initié l’appel de Bordeaux pour le climat, pourquoi ne tient-il pas compte des engagements du président de la métropole dans la nécessaire conservation des rares îlots de fraîcheur dans la ville, qui plus est dans un quartier où les îlots de chaleur sont importants ?

Les opérations immobilières ne doivent pas aller à l’encontre des préconisations de l’étude sur l’adaptation au changement climatique, ni contre les besoins des habitants qui nécessitent de maintenir des lieux de convivialité dans la ville.

Monsieur le Maire, nous vous demandons de ne pas détruire ce square !

160114_squareSue

Remonter