Une entrée en campagne du Maire sortant très riche… en paradoxes !

Bordeaux entrée du Stade Chaban-Delmas

Communiqué de presse du groupe des élu-es EELV au Conseil municipal

Alain Juppé démarre sa campagne sur un affrontement entre la Mairie de Bordeaux et la Communauté urbaine.

A supposer que cette confrontation passionne les Bordelais, elle est surtout riche en paradoxes :

  • Sur la gestion de la CUB

Faut-il rappeler que la gouvernance de la CUB repose encore aujourd’hui sur la cogestion entre la gauche et la droite et qu’Alain Juppé en est le 1er vice-président et à ce titre coresponsable ?

  • Sur la gestion des déchets

Faut-il rappeler que le traitement des déchets à la CUB dépend de la vice-présidence exercée par son propre adjoint à Bordeaux, Mr Didier Cazabonne ?

  • Sur la politique sportive

Alain Juppé reproche à la CUB de lancer une étude sur l’évaluation des travaux de rénovation du stade Chaban-Delmas en indiquant que ce n’est pas dans ses compétences.

Il n’en pensait sans doute pas de même lorsqu’il a demandé une subvention de 15 millions d’euros à la CUB pour financer son Grand Stade.

  • Sur la politique culturelle

Alain Juppé demeure hostile à l’extension des compétences de la CUB dans le domaine culturel.

Et pourtant, la ville de Bordeaux n’a plus les moyens de financer seule une politique culturelle qui profite à l’ensemble des habitants de l’agglomération. Preuve en est faite chaque jour.

Pour sa nouvelle commission de fonds de soutien à la création culturelle (qui concerne 500 000€ pour un budget total de la culture de 68 millions d’€), il s’est d’ailleurs entouré d’un panel d’acteurs culturels basés sur la communauté urbaine.

  • Sur l’écologie

Cheval de bataille du Maire sortant en 2007, il n’en dit plus un mot aujourd’hui. A croire que la rivalité avec la CUB sur ce point ne l’intéresse pas.

Remonter