Adoption d’un règlement de protection des arbres et d’un barème d’indemnisation par la ville de Bordeaux afin d’améliorer la préservation de son patrimoine arboricole – Conseil municipal 07/10/19
Partager

Intervention de Delphine Jamet :

« Monsieur le Maire, chers collègues, nous allons voter pour cette délibération puisque nous vous avions demandé depuis longtemps de mettre en place un protocole pour faire en sorte que les arbres soient protégés pendant les travaux notamment. On nous avait dit que c’était déjà en place. Donc, là, effectivement, on le voit là en délibération, mais c’était déjà en place. Très bien.
Par contre, ce qui m’interroge, et ce qui me contrarie un peu, c’est que, un, dans ce plan de prévention et de protection de l’arbre, on n’a rien sur le volet du PLU. Aujourd’hui dans le PLU, on a 42 arbres qui sont protégés. Donc là, on parle ici d’arbres publics, OK, mais sauf que dans le PLU, même si certains arbres publics sont protégés, par exemple au Jardin public où on en a trois de référencés sur la totalité des arbres du Jardin public, cela m’étonne un peu. Donc, pourquoi ne pas intégrer à ce plan de protection de l’arbre une révision des arbres isolés du Plan Local d’Urbanisme.

Deux, ce qui m’interroge aussi, dans ce que vient de dire Magali FRONZES et cela m’a fait un peu bondir, et cela allait être une de mes questions, c’est « Comment allez-vous rendre cela contraignant ? » parce que c’est bien beau de faire un plan, un règlement de protection, mais effectivement, si on ne les inclut pas dans les clauses des marchés publics, cela ne sert à rien. Et ce que je viens d’entendre, c’est « On va inclure des clauses progressivement ». Eh bien, non, on a un règlement aujourd’hui qui va être voté, ce n’est pas progressivement qu’il faut les inclure, c’est dès demain le prochain marché public qui va être rédigé, dans les clauses il faudra prendre en compte ce règlement de l’arbre, et faire en sorte qu’il y ait des indemnisations si jamais des arbres sont malmenés.

Trois, Magali FRONZES, aujourd’hui, vient de nous dire qu’effectivement on est à 46 000 arbres en prenant en compte les bois de Bordeaux, et les espaces naturels au Nord de la Ville. Et là, je suis contente, donc cela va être remarqué au PV parce qu’en 2018, on nous avait dit « Le patrimoine arboré de la Ville de Bordeaux est constitué d’environ 46 000 arbres », et là, vous disiez Magali, tu disais pardon, « Là, je ne compte pas les bois de Bordeaux et les espaces naturels du Nord de la Ville ». Donc, je pense qu’aujourd’hui, on est à 46 000 en tout, et cela doit être le dernier chiffre. Donc, cela, c’est une information claire que je suis contente d’enfin obtenir.

Ensuite, ce règlement de l’arbre, moi, me semble intéressant, mais effectivement, je pense que vous pourriez vraiment aller beaucoup plus loin et faire en sorte que cela soit diffusé aussi au grand public. Les particuliers quand ils ont un projet de construction dans leur jardin, avec des arbres qui peuvent être importants à conserver, comment vous allez diffuser ce règlement, et comment sensibiliser le grand public sur cette question-là ? Je vous remercie. »

« Je parle effectivement des arbres isolés inscrits au PLU, et d’ailleurs, c’est la seule liste que l’on peut trouver sur le site internet de Bordeaux Métropole quand on regarde les… pour, effectivement, essayer de chercher les arbres qui ont pu être classés. Tout ce qui concerne les boisements, on ne les trouve pas au PLU, si vous voulez, vous n’avez pas une liste en annexe avec tous les boisements classés. Vous avez juste la liste des arbres isolés, et je pense que juste 42 arbres isolés, c’est très peu en fait. Vraiment. Non, mais Fabien… Quand tu vas, par exemple, à l’allée des Pins, Jean-Louis la connaît très bien, allée des Pins… »

« Non, mais j’explique mon point de vue. Allée des Pins, on a une rue qui s’appelle Allée des Pins, ce n’est pas pour rien, c’est qu’avant il devait y avoir beaucoup de pins. Aujourd’hui, il en reste un seul et unique. Mais ce pin, par exemple, n’est pas inscrit aux arbres isolés. Il est beau. Je pense, effectivement, et c’est l’objet de mon intervention, c’est qu’il y a beaucoup d’arbres aujourd’hui qui sont majestueux et qui sont très intéressants, à mon avis, à conserver et à protéger surtout, et aujourd’hui, on ne le voit pas apparaître. Et je pense qu’il y a un gros travail à faire dans ce domaine-là. Je vous remercie. »