Communication « Bordeaux Mécènes Solidaires » – Conseil municipal 07/10/19
Partager

Intervention de Pierre Hurmic :

« Monsieur le Maire, mes chers collègues, trois observations.
La première pour dire que nous sommes heureux de l’existence, du travail et des finalités assignées à BORDEAUX MÉCÈNES SOLIDAIRES. Votre mission est très clairement définie soutenir des projets concrets d’insertion, de lutte contre les précarités, d’innovation sociale, et développer des actions solidaires au coeur des entreprises. Naturellement, nous ne pouvons qu’adhérer à ces nobles finalités assignées à l’association, et également nous vous félicitons également pour le travail accompli à cette fin dont des associations bordelaises sont les bénéficiaires.

Ensuite, je ferai deux autres observations. L’une sur la forme qui vous concerne peu, la deuxième sur le fond qui nous concerne tous. Sur la forme, le sujet abordé à l’occasion de cette délibération est pour nous un sujet important, et nous regrettons, à cet effet – Monsieur le Maire, cela s’adresse un peu à vous – que nous n’avons (n’ayons ?) eu qu’au dernier moment communication de ce débat. Normalement, il y a des délais imposés par la loi pour les délibérations, ce n’est pas une délibération, me direz-vous..

M. HURMIC
Nous, quand on travaille en Conseil municipal, on aime bien, vous l’imaginez bien, avoir les documents dans des délais raisonnables pour pouvoir les étudier.

M. HURMIC
Jeudi. Si le législateur a fixé un délai de dix jours pour une délibération, c’est qu’il considère que…

M. HURMIC
Oui, mais ou c’est un débat important, Monsieur le Maire, et vous nous donnez les moyens de l’affronter en nous donnant un délai…

M. HURMIC
Mais je ne dis pas que… Mon intervention n’est pas du tout polémique, Vous avez bien remarqué que ma première observation était un satisfecit..

M. HURMIC
Même si c’est pour dire du bien, Monsieur le Maire, il est de votre devoir de veiller à ce que…

M. HURMIC
Oui, et cela a été ma première observation.

M. HURMIC
Vous ne m’avez peut-être pas écouté, mais…

M. HURMIC
Mais non, la deuxième s’adresse exclusivement à vous, ils n’y sont absolument pour rien. C’est vous qui faites de la polémique en m’interrompant sans cesse à ce sujet. Donc, je regrette. D’autant plus que la plupart des informations relatives à cette présentation, qui sont intéressantes, on a dû aller les pêcher. Oui, je vois, vous faites la grimace, Madame SIARRI. Quelles sont les entreprises mécènes ? Vous n’auriez pas pu nous le mettre dans la communication ? On les a trouvées, Il faut aller sur le site. Également, autre sujet important : quelles sont les associations, les projets qui ont reçu des fonds ? Vous ne croyez que vous auriez pu nous le dire spontanément ? Non, on est allé vérifier en ligne sur le site. Troisième aussi élément important, le budget de l’association. Sauf erreur de ma part, 340 000 euros, vous n’auriez pas pu le mettre dans la communication ? Non, pareil, il a fallu aller le chercher sur le site. Donc, non seulement, vous nous communiquez un document au dernier moment, mais en plus, si on veut avoir de vraies informations, c’est à nous à prendre le temps d’aller sur le site. C’est un problème de méthode, Monsieur le Maire. C’est un problème de forme. Je l’ai dit, ce n’est pas un problème fondamental, c’est un problème de forme, Il était quand même mon devoir de vous le dire, aujourd’hui, pour que vous amélioriez le système à l’avenir.

Enfin, troisième et dernière observation, cela, c’est une observation de fond qui concerne l’association et qui nous concerne, nous aussi, tous. À l’occasion du mécénat dont profite la Ville de Bordeaux, par ailleurs, en tant que telle, nous avons été amenés à approuver une charte éthique de la Ville de Bordeaux vis-à-vis des mécènes. Dans le cadre de cette charte éthique, notre groupe, c’est-à-dire Delphine JAMET et moi-même, nous sommes intervenus pour vous imposer, et vous l’avez accepté, enfin votre prédécesseur à l’époque, accepté que l’on intègre dans cette charte éthique que soient écartés du mécénat un certain nombre de mécènes, j’ai envie de dire, peu recommandables. La formulation que nous avions trouvée à l’époque et qui était consensuelle entre nous, on l’avait proposée et vous l’aviez acceptée était la suivante « La Ville de Bordeaux s’interdit de recevoir des fonds ou donations provenant de comptes arbitrés par des paradis fiscaux ou règlementaires non coopératifs ou des dons de mécènes ayant fait l’objet de condamnations pénales ou de blâmes par des autorités de contrôle prudentielles dans les cinq dernières années pour les délits suivants délits environnementaux, financiers, atteintes au droit de l’homme. » Cela nous permettait d’écarter un certain nombre de mécènes. Et d’ailleurs, je note, je parle sous le contrôle de Monsieur Fabien ROBERT, c’est comme cela que nous avons réussi à obtenir que le mécénat de BNP Paribas soit écarté de la dernière saison culturelle Liberté Vous vous en souvenez sûrement. BNP Paribas ne remplissait pas pour nous – il y a eu des condamnations pour blanchiment et d’autres — ne remplissait pas les critères. Je m’étonne que l’on ne trouve pas des critères de nature éthique également dans l’association BORDEAUX MÉCÈNES SOLIDAIRES. Vous avez dit, Monsieur le Maire tout à l’heure, à mon avis un peu imprudemment que c’était surtout des petites  entreprises. Non, on a retrouvé, c’est cela qui nous a un peu heurtés, on retrouve BNP Paribas. Mécénat de compétence, Madame. »