Concertation la Jallère
Partager

23/02/21

[…] Je souhaite rappeler très brièvement ce combat que nous avons mené de haute lutte lors du précédent mandat. Nous avons permis la sanctuarisation des zones humides qui, au départ du projet en 2014, étaient artificialisées. Je ne rappelle pas ici toutes les vertus écologiques des zones humides, mais c’est vrai qu’il fallait les sanctuariser et nous avons mené et nous avons gagné ce combat. 

Par la suite, nous avons lutté pour que notre proposition de préservation de l’espace naturel de 45 ha qui sont propriété de Bordeaux Métropole soit intégrée à la concertation officielle. Nous considérons qu’il y avait un projet qui était le projet officiel de Bordeaux Métropole et nous nous sommes battus pour obtenir que notre contre-projet – c’est assez exceptionnel, je remercie d’ailleurs Alain Juppé de l’avoir permis – soit soumis à l’enquête et que les Bordelaises et les Bordelais soient interrogés sur les deux projets : le projet officiel artificialisation, le projet présenté par les écologistes de sanctuarisation. 

Les deux ont fait l’objet de la concertation et c’est un débat que nous avons pu obtenir à la fin de l’année 2018. Le choix était d’urbaniser ou de préserver cette zone de nature. Il faut savoir que cet appel a été reçu puisque, pour une fois, la concertation a été très suivie et près de 150 avis se sont exprimés en faveur de la préservation du site. Cela a représenté 96% des avis exprimés. 

Parallèlement à cette mobilisation citoyenne dans la concertation, nous avons aussi participé en mai 2019 avec plusieurs associations – ANV COP21, Youth for Climate, Alternative Jallère, GREENPEACE, Les Marcheurs Cueilleurs et d’autres – à une vaste opération de nettoyage du site qui est devenu, au fil de temps et nous le déplorons, une véritable décharge à ciel ouvert en dépit de ses incontestables richesses en faune et en flore. 

Par la suite, la campagne électorale s’est invitée dans le débat. Nicolas Florian a proposé un projet que je qualifierais, sans que je sois péjoratif, d’un projet « entre deux » renonçant aux projets immobiliers initiaux, mais ne renonçant pas aux projets économiques d’artificialisation de la zone. Donc à moitié un renoncement. 

Et nous avons pour notre part continué à proposer la sanctuarisation totale des 45 ha de La Jallère. Nous continuons aujourd’hui, sachez-le, sur cette ligne, avec la volonté de conserver une vocation naturelle du site en cherchant à restaurer un corridor écologique entre le fleuve, les zones humides à l’Ouest et au Nord avec l’OIM du Parc naturel des Jalles qui est situé dans la zone Nord de La Jallère. Nous continuerons à œuvrer pour conserver cette vocation naturelle et ce corridor écologique. Voilà le sens du combat que nous avons mené et que nous continuerons à mener maintenant dans les mois qui viennent, mais Bernard, tu vas peut-être compléter mes propos si tu le souhaites.


Pierre Hurmic