Démocratie participative : l’échoppe
Partager

Démocratie participative : l’échoppe

Intervention Pierre Hurmic

« Monsieur le Maire, mes cher.e.s collègues,

Nous trouvons cette proposition très vague, elle méritait d’être construite, elle le sera, si j’ai bien compris dans les semaines qui viennent. On a posé un certain nombre de questions en commission pour avoir une idée plus précise de ce que sera cette échoppe, en demandant où sera le lieu physique, on n’a pas eu de réponse, est ce qu’il y aura une création de postes pour que des gens travaillent dans cette échoppe pour lui donner vraiment de l’envergure, on n’a pas eu de réponse, quel sera son budget, on a pas eu de réponse, quelle sera la date d’ouverture, on n’a pas eu davantage de réponse.

Ce que l’on a compris par contre, c’est que cette Échoppe a vocation à regrouper l’ensemble des dispositifs de participation citoyenne et notamment le pré-conseil municipal que vous avez expérimentez la semaine dernière et à propos duquel, Delphine Jamet, qui y a assisté, en dira quelques mots. D’ors et déjà permettez-nous de dire un certain nombre de propositions concernant ces pré-conseils municipaux.

Vous savez, nous on a l’habitude de regarder un peu ce qui se fait dans d’autres villes, cela avait souvent le don d’irriter votre prédécesseur notamment quand on citait la ville de Paris. En matière de pré-conseils municipaux, la ville de Paris, a expérimenté le système, un peu avant Bordeaux et il est encore peut être en cours d’expérimentation. Ce que je trouve dommage dans votre projet de pré-conseil, mais il peut peut-être avancer, c’est que les seules personnes que vous concertez, ce sont les membres des commissions permanentes des quartiers. C’est très bien, des personnes éminemment respectables, mais j’ai envie de dire, à Bordeaux comme ailleurs, vous avez toujours des concertés institutionnels, des gens qui sont dans toutes les concertations, c’est pas ceux-là tellement qu’il faut concerter, malgré leurs qualités, mais ouvrir à d’autres personnes. Je vous suggère de regarder un peu ce que fait Paris, c’est à dire que tous les volontaires peuvent participer à ces pré-conseils municipaux, dans la limite des places disponibles et en cas d’affluence, la Maire envisage de procéder à un tirage au sort, ce que je trouve pas mal. Vous le savez, nous sommes favorables au tirage au sort, on vous l’a proposé déjà à plusieurs reprises. Les habitants tirés au sort pourront prendre la parole pendant 2 minutes et donner leur avis. Si je cite Paris, c’est qu’ils nous avait précédé également sur un outil de démocratie locale dont vous avez pu vérifier le succès tardif mais réel c’est-à-dire les budgets participatifs. Vous savez que Paris est vraiment en pointe dans le domaine, ils ont 5% du budget d’investissement, c’est partait-il le plus grand budget de ce type au monde par rapport au nombre d’habitants, C’est là aussi un succès, et nous vous conseillons de monter en puissance pour qu’on ait une part plus conséquente de notre budget d’investissement. Le rôle des opposants, c’est peut-être le même dans toutes les assemblées, j’ai vu ce matin ce qu’il se passait à Paris. Un conseiller municipal qui est proche de votre obédience puisqu’il est qualifié de député juppéiste, je ne pense pas vous heurter, Pierre-Yves Bournazel, et je fais attention parce que je connais les nuances qu’il existe dans votre famille politique, il suggère par exemple de procéder à des référendums locaux. C’est là aussi ce qu’on vous suggère depuis 4 ans et demi. A Paris, les membres de votre famille politique proposent à Anne Hidalgo des référendums locaux. N’attendez pas Paris, faites-le avant. Il propose également que les budgets participatifs passent de 5 à 10% des investissements. Ce sont des pistes de travail, à notre avis, intéressantes desquelles vous pourriez vous inspirer.

Dernier point sur cette démocratie participative que vous nous proposez à l’occasion de cette échoppe. Moi j’ai l’impression, que, parfois, vous vous moquez un peu de nous et des Bordelais. Je prendrais un exemple qui illustre assez bien votre façon de fonctionner : la Jallère, et je vous en parlerais tant que vous n’aurez pas mis votre logiciel à l’heure.

Vous avez lancé en 2018 une concertation et en même temps vous vous moquez un peu des Bordelais puisque parallèlement vous êtes en train de mettre en place un dossier d’enquête publique sur la modification du PLU qui se tient du 11 juin au 11 juillet 2019, qui va donc s’arrêter prochainement. Cette modification est spécialement conçue pour correspondre au projet de Nicolas Michelin alors que vous avez actuellement 96% des avis déposés sur le site de la concertation de Bordeaux métropole qui se prononcent contre ce projet. Vous avez donc un site de concertation, 96% des gens qui vous disent être contre le projet Michelin et parallèlement vous faites discrètement et en catimini une révision du PLU pour imposer le projet Michelin en nous faisant du sur-mesure. Comment voulez-vous que les gens acceptent de jouer le jeu de la concertation quand ils ont l’impression que l’on se moque d’eux de telle façon ? Pourquoi voulez-vous modifier le PLU alors que vous dites vous même que la Jallère c’est ouvert et que dans les semaines qui viennent vous allez parait-il nous proposer un nouveau projet ? Voila la concertation à la Bordelaise, je trouve que c’est un peu bancal. Admettez que l’on soit un peu circonspect.  »

Intervention de Delphine Jamet

« J’ai assisté au pré conseil pendant 2h, c’était très instructif et intéressant. Je remercie les conseillers de quartier qui sont venus participer à ce premier exercice et effectivement, un des conseillers, en fin de séance a quand même dit, et c’était assez drôle, et c’est vrai qu’il a présenté cette réunion comme un rôti, « un rôti déjà tout ficelé » pour ces deux délibérations qui étaient présentées vu qu’il n’y allait pas avoir d’amendement. […] Comme ce n’était pas suffisamment en amont, certains conseillers ont pu se dire que ça n’allait pas avoir de sens pour aujourd’hui. M. Robert a effectivement dit que par la suite, ils allaient être tenus plus en amont. Nous pensons que ce n’est pas 15 jours en amont qu’il va falloir faire ces pré-conseils mais bien avant. Je suis étonnée que vous ne repreniez pas en nous présentant cette délibération sur l’échoppe, ce qu’ont dit les conseillers de quartier parce qu’il n’y a pas eu d’unanimité sur l’échoppe au sein de ce pré-conseil. […] Quand on fait un pré-conseil, on essaie d’écouter ce qu’ont dit les conseillers de quartier, c’est ce que j’ai essayé de faire. Il y en a qui ont parlé d’échoppe mobile, d’autres ont dit qu’il fallait une échoppe dans chaque quartier de Bordeaux parce qu’il ne fallait pas recentraliser la parole, très peu ont dit qu’il ne fallait qu’une seule échoppe. Ils ont aussi dit qu’il fallait que l’échoppe soit décorrélée d’une vue politique et de la municipalité. J’ai essayé d’écouter les conseillers de quartier, cela m’a mise en porte à faux puisque je me suis dit qu’effectivement une échoppe, un lieu comme cela, pour faire du débat c’est intéressant, sauf que le faire dans un seul lieu, est-ce vraiment la bonne opportunité ? Je remets donc en cause le fait de faire un lieu unique de débat. »