Plaidoyer pour la protection des arbres sains en milieu urbain – notre tribune avril 2018

les arbres

Les arbres adultes en milieu urbain jouent plusieurs rôles majeurs.

Ils participent au confort thermique de la ville, en luttant contre les ilots de chaleur, ils stockent le carbone, permettent l’infiltration des eaux pluviales, et captent certains polluants

Ils sont aussi essentiels dans la protection de la biodiversité puisqu’ils permettent de constituer des corridors biologiques, de favoriser la présence de très nombreuses espèces végétales et animales…

Les arbres apportent un caractère qualitatif au paysage urbain, un support d’éducation à l’environnement, aux activités artistiques et sportives, au bien-être des habitants.

Enfin, ils peuvent aussi rendre des services d’approvisionnement (bois-énergie, fruits, BRF).

Pourtant ce formidable outil vivant de lutte contre le changement climatique et contre les polluants, qui apporte tant de services culturels et sociaux et de soutien à la biodiversité est malmené à Bordeaux.

De 2015 à 2018, ce sont près d’une centaine d’arbres sains qui auront été coupés (15 érables de 10m rue Claude Bonnier, 13 platanes et 9 peupliers aux Aubiers, 40 platanes au Grand Parc, 8 poiriers de 11 à 14m rue Ravez…).

Et les 17 marronniers sains de la place Gambetta sont en sursis, alors que plus de 4370 personnes ont signé la pétition à ce jour pour la sauvegarde de ces arbres historiques…

A partir du recensement réalisé ces dernières années, nous avons donc demandé à la ville de réaliser une analyse de l’impact du patrimoine arboré existant, sur le climat, la biodiversité, le confort thermique urbain et la santé publique. Cela nous permettrait de déterminer l’impact de la coupe d’arbres urbains existants et donc de réaménager des espaces publics de façon cohérente en matière de développement durable.

Des villes comme Lille, Grande-Synthe, Lens et Amiens se sont dotées d’un outil permettant de réaliser des scénarios de coupe et de plantation et d’en évaluer l’impact sur la séquestration du carbone, sur la biodiversité et sur le climat urbain.

A Bordeaux, on recense, on fait des outils numériques grand public et on coupe sans discernement…

La Nature est encore trop souvent considérée comme une variable d’ajustement des projets urbains alors que sa protection devrait être érigée en principe absolu.

La ville de Saint-Médard-en-Jalles a récemment procédé à la transplantation de 3 tilleuls adultes. Jusqu’à 1 mètre de circonférence, la transplantation d’arbres sains est plus économique que leur abattage et permet de sauvegarder un patrimoine naturel adulte qui remplit son rôle sans avoir à attendre 30 ans.

Puisse la ville de Bordeaux entendre nos arguments et cesser ces abattages intempestifs !

Puisse-t-elle aussi végétaliser ses places minérales, Pey-Berland, la Victoire, et Tourny, dont le projet d’aménagement vient d’être présenté, encore sans aucun arbre !

Remonter