Propositions pour améliorer le plan de déconfinement municipal portées par les groupes écologiste et socialiste à la Ville de Bordeaux
Partager

 

 

 

 

Nous avons reçu hier, mercredi 6 mai, le plan de déconfinement de la Ville de Bordeaux que nous nous étions engagé.e.s à enrichir de nos propositions. C’est dans ce cadre que les élu.e.s des groupes socialiste et écologiste les partagent en amont de la commission réunie qui a lieu ce soir jeudi 7 mai 2020 à 20h.

Avant toute chose, notre ville malgré le défi sanitaire, social, et économique que nous impose cette pandémie internationale, a des atouts.
Le premier est celui d’avoir un taux de mortalité et une circulation du virus faibles mais aussi une richesse universitaire, de recherches et hospitalières.
Aussi, le poids de la responsabilité que nous avons de la réussite de cet épisode de déconfinement en est encore plus important pour protéger la population et le retour à une vie plus « normale ».
C’est pourquoi nous proposons que le préalable à ce plan soit la constitution d’un comité scientifique qui, en lien avec la représentation démocratique et citoyenne, validera les étapes, actions et projections de ce plan afin de nous appuyer sur des avis d’experts et sur des propositions pragmatiques pour garantir la cohérence sanitaire de nos actions politiques.
Nous proposons deux autres préalables afin de connaître notre capacité à faire : un point sur les grandes masses budgétaires actuelles et prévisionnelles, un audit et un plan sur les ressources humaines : agents en présentiel (tout en garantissant leur totale sécurité sanitaire) et garanties sur le non engorgement des transports publics.
De même en cette période politique particulière (d’entre deux tours d’élections), il est absolument nécessaire de maintenir et de faire vivre la démocratie représentative et la démocratie participative en associant des citoyens et l’opposition municipale à tous les comités et groupes d’accompagnement du plan de déconfinement et d’y associer un calendrier de suivi et d’évaluation.

Accompagner et garantir la sécurité sanitaire

• Mettre en place une Brigade de médiateurs sanitaires permettant un accompagnement pédagogique sur les gestes barrières et la distanciation dans l’espace publique
• Distribuer urgemment des kits hygiène pour les personnes sans domicile fixe et les habitant.e.s des squats, comprenant des masques chirurgicaux (les masques lavables ne sont pas adaptés pour des raisons techniques, il faut en distribuer 3 par jour), en lien avec la préfecture qui a une réserve, et du gel
hydroalcoolique mais aussi hygiène féminine temporaire, hygiène masculine, couches tous âges en quantité, hygiène buccale adultes et enfants. Ce circuit de distribution clair et territorial doit s’appuyer sur les acteurs institutionnels et sur les maraudes
• Ouvrir tous les points d’eau de la Ville
• Ouvrir plus de points de douches publiques (gymnases, piscines)
• Veiller à ce que chaque squat et bidonville se trouvant sur le territoire de la ville soit doter de toilettes.
• En complément des distributeurs de gel hydroalcoolique qui n’est pas recommandé pour les enfants, installer des distributeurs de savon liquide avec support mural sur les fontaines à eau, notamment sur les fontaines des parcs et jardins.
• Recenser et communiquer clairement sur les lieux disponibles pour une mise en quatorzaine des  personnes rentrant de l’étranger
• Recenser et communiquer la liste des commerçants qui vendent des masques

Organiser la solidarité

• Créer des tiers lieux scolaires dans les quartiers prioritaires pour répondre à l’ensemble des freins à la scolarité (accompagnement des décrocheurs, égalité scolaire, créer les conditions matérielles nécessaires à l’apprentissage, la fracture numérique) qui seraient installés dans des lieux appartenant aux collectivités ou aux bailleurs et qui seraient gérés par des opérateurs s’appuyant sur du parrainage individuel ou d’entreprise en lien avec le monde numérique et éducatif
• Verser avec Bordeaux Métropole un million d’euros au Fond de Solidarité Logement pour soutenir les locataires en situation de précarité
• Demander la suspension des expulsions du parc locatif social pour l’année en cours
• Soutenir les bailleurs sociaux qui décalent le paiement des loyers
• Demander fermement la non-expulsion des squats a minima jusqu’en septembre
• Augmenter le Fonds d’urgence alimentaire Covid-19 (aujourd’hui de 100 000 euros) pour soutenir les associations et opérateurs intervenant auprès des publics fragiles
Ex : financer urgemment le collectif Bienvenue qui a dû arrêter sa distribution alimentaire faute de moyens (3200€ de déficit au 6 mai 2020)
• Monter une équipe dédiée à la distribution alimentaire en collaboration avec le CCAS, le département, les MDSI, les services sociaux des entreprises pour pallier le manque de bénévoles à venir avec le déconfinement
• Donner les moyens matériels et immobiliers aux associations qui portent les questions d’urgence alimentaire
• Maintenir la mise à disposition de l’auberge de jeunesse pour les personnes sans domicile fixe a minima pendant toute la période de l’état d’urgence sanitaire
• Mettre à disposition le camping du Lac pour les personnes vivant dans des conditions d’hygiène dégradées notamment pour ceux autours du Lac de Bordeaux. Y installer des logements modulaires en plus si nécessaires (résorption du squat allée de Boutaut)
• Reprendre les domiciliations au CCAS dès le 11 mai
• Donner les moyens à la police municipale de distribuer des masques aux personnes les plus démunies qui n’en ont pas (et d’en porter elle-même)
• Donner comme instruction à la police municipale de ne pas verbaliser, dans le cadre des nouvelles dispositions de l’état d’urgence sanitaire, des personnes sans domicile fixe, demandeurs d’asile et sans papier. Demander à la Police nationale de faire de même
• Déployer un plan wifi gratuit et ouvert couvrant en particulier les secteurs de vie des familles en très grande précarité ( lac, squats…) permettant à chacun d’avoir accès aux moyens d’accompagnement

Réussir la réouverture des écoles et des crèches

Écoles :

• Fermer les rues à la circulation où se trouve des établissements scolaires aux heures d’ouverture et de sorties des élèves
• Proposer des aménagements dans les parcs et jardins pour permettre aux professeurs des écoles d’y faire la classe
• Mettre en oeuvre un plan d’accompagnement des familles monoparentales sur l’accueil et la scolarisation des enfants
• Soutenir davantage financièrement les associations engagées dans l’aide aux devoirs et la lutte contre le décrochage scolaire
• Organiser des classes vertes en Gironde, cet été, pour renforcer le soutien scolaire tout en offrant des activités ludiques aux enfants décrocheurs
• Doter toutes les écoles de thermomètres frontaux
• Tester systématiquement les personnels et enfants avec symptômes pour effectuer un suivi sanitaire de ceux ayant été en contact de personnes malades
• Ne demander qu’un seul parent accompagnateur

Crèches :

• Mettre en oeuvre un plan d’accompagnement des familles monoparentales sur l’accueil des jeunes enfants
• Mettre en place un plan d’action d’urgence, avec les recommandations nationales, pour le cas où un enfant ou un membre du personnel présente des symptômes du Covid-19
• Intégrer dans le document FAQ le cas des crèches en DSP pour informer les parents qui ont leur enfant dans une crèche en délégation de service public et s’assurer qu’il y a une harmonisation des règles dans les crèches en gestion directe par la Ville et en gestion déléguée

Ouvrir les services et espaces publics progressivement

• Rouvrir les aires de compostage collectif

Organiser les déplacements et la mobilité

• Créer une zone de rencontre à l’intérieur des cours de Bordeaux, et l’étendre éventuellement sur la rive droite et dans les quartiers qui s’y prêtent
• Élargir l’espace alloué au piéton devant les écoles, collèges et lycées en éliminant les places de stationnement et en piétonnisant toute la portion de rue qui comprend l’entrée principale
• Élargir les plages d’accueil matinales des écoles maternelles et élémentaires afin d’éviter les pics d’affluence dans les transports en commun
• Élargir les trottoirs au moins avec des équipements provisoires et en supprimant des places de stationnement
• Réaménager certaines rues et espaces pour les déplacements vélo et piétons (liste non exhaustive) :
o Aménager les boulevards sur toute leur longueur (intérieur et extérieur)
o Cours portal supprimer les deux files de stationnement, entre la place Paul Doumer et le cours de la  Martinique (Sauf PMR et livraisons), instaurer une zone 30…
o Passer la rue Capdeville en sens interdit pour les voitures pour entrer dans Bordeaux
o Rue Judaique prolongé le double sens cyclable jusqu’à la place Tartas
o Passer la rue Georges-Mandel en double-sens vélo
o Désenclaver le quartier de Caudéran : Dédier une voie de l’avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, de la rue Stéhélin, de la Louis-Barthoux, de la rue de l’école normale aux vélos pour faciliter les déplacements en vélo des caudéranais (mettre en sens unique = un cheminement remontant l’autre descendant)
o Revoir les cheminements cyclables rue de la Pelouse de Douet / rue Robert-Laurent
o Aménager par de la signalétique le passage souterrain de la Benauge pour autoriser les cycles à y passer
o Pont Chaban-Delmas : réserver la voie aval au vélo (piste bidirectionnelle) et amont aux piétons
• Mettre en place une prise en charge non pas sous la forme d’un chèque d’un montant particulier (100€ actuellement décidé par la Métropole) mais un remboursement forfaitaire (1/3 ou la moitié du prix d’achat en fonction des revenus, avec un prix maximum d’achat de 300€ pour un vélo et 800 € pour un VAE et un vélo-Cargo) qui permettrait d’aider à l’achat d’un vélo
• Mettre en place des prêts de vélos enfants et augmenter le nombre de vélos cargos disponibles en prêt dans les MAMMA
• Créer des parkings relais temporaires sur les aires de stationnement des grandes surfaces et administrations avec installation de lieux de parkings à vélos sécurisés (installation de grilles temporaires, barrières vauban…) : Base sous-marine, Leclerc Saint-Louis, domaine universitaire de Pessac-Talence, parc des expositions, Stade Matmut, parking du Mégarama de la Bastide, parking de l’Arena…

• Encourager et proposer des déplacements en vélo-taxis en partenariat avec les indépendants et entreprises qui proposent ce service.

• Trouver un endroit pour permettre aux vélo-taxi de stationner leur véhicule la nuit pour qu’ils puissent développer leur activité en intra-boulevards

• Étudier la possibilité de proposer des créneaux horaires aux clients des magasins les plus fréquentés
• Organiser et commander à des artistes graphiques des signalisations pour matérialiser l’élargissement des trottoirs, les zones de rencontre, les espaces d’attente, les zones apaisées…
• Redoubler de vigilance sur les occupations sauvages des trottoirs et pistes cyclables (stationnement auto/moto/free floating) qui gênent les piétons pour maintenir un écart minimal entre eux (sans passer sur la route) et vélos pour leur sécurité
• Installer des box à vélo sécurisés dans les quartiers
• Installer des arceaux à vélo supplémentaires dans tous les parkings de la ville
• Étendre et multiplier les navettes à la demande dans les quartiers
• Étendre la gratuité du stationnement pour les artisans et les indépendants jusqu’à la fin de l’année
• Instaurer l’indemnité kilométrique vélo pour les agents de la ville et de la Métropole (IKV)
• Organiser en partenariat avec Vélocité une bourse aux vélos sur plusieurs points dans la Ville

Soutenir et relancer l’économie

• Installer un guichet unique des travailleurs indépendants, physique et temporaire en mobilisant les acteurs de droit commun et leurs moyens (CCI, CMA, Métropole, URSSAF, Pôle emploi, APEC…) animés par la Maison de l’emploi.
• Constituer une équipe (task force) pour aller à la rencontre de ces petites entreprises pour identifier les besoins / problèmes : faire de la mise en relation quand possible (pour acheter / recruter), faciliter les démarches administratives (intervenir directement), faire circuler les bonnes idées et pratiques (par ex conseil sur la réorganisation pour accueillir les clients), faire preuve de flexibilité (par ex autoriser l’extension de terrasse pour permettre d’augmenter les distances et les horaires d’ouverture si  nécessaire)
• Soutenir les producteurs locaux (Gironde) et leur permettre d’accéder aux marchés de plein air de la Ville
• Renforcer la présence de marchés ou les redynamiser dans tous les quartiers de la Ville (Ginko, Bacalan…)
• Rouvrir les marchés de plein air et organiser la distanciation physique grâce à des barrières…
• Commander au groupement de couturières indépendantes, piloté par Sew&Laine, des masques grands publics (adultes et surtout enfants) pour les distribuer aux personnes en situation de précarité sur  Bordeaux afin de rémunérer correctement ces couturières
• Appuyer les entreprises et associations locales pour favoriser leur accès aux appels d’offre de la mairie
• Supprimer les places de stationnement devant les bars et restaurants qui en possèdent afin de créer de plus grandes terrasses permettant la distanciation avec des contreparties liées à l’impératif de transition écologique (cendriers écomégot…), fermer des rues du vieux Bordeaux à la circulation pour permettre la distanciation physique et permettre la réouverture des terrasses de restaurants
• Mettre en place des mesures de solidarité centrées sur la demande qui permettraient tout à la fois de distribuer du pouvoir d’achat et d’aider au redémarrage des commerces et de la culture
o Ex : financer des chèques services en direction des commerces non alimentaires pour les plus défavorisés (seuil fiscal, chômeurs, suivies par le CCAS…) remis par des intermédiaires (CCAS, mission locale, associations…)

Garder le lien avec la culture, le sport et les animations

• Développer une offre culturelle « Hors les murs » dans tous les quartiers de la Ville
• Ouvrir des cinémas, des théâtres, des scènes en plein air (parcs et jardins, place des quinconces, parvis des Archives, allée de Serr…) et organiser l’espace permettant la distanciation physique et le nombre de personnes
• Recruter des artistes et médiateurs culture avec des contrats de trois mois minimum et investir les lieux qui resteront fermés (musées, cinémas), galeries d’art, espaces publics en mini groupes encadrés pour les enfants en péri scolaire cet été
• Rouvrir les aménagements extérieurs de la plaine des sports du stade Chaban-Delmas (une jauge peut facilement être mise en place, avec un filtrage à l’entrée)
• Rouvrir gratuitement les musées de la Ville, en limitant le nombre des entrées en fonction de la superficie des lieux et en mettant en place les conditions sanitaires adéquates
• S’engager dans une politique de pré-achat de places pour des lieux culturels indépendants lorsqu’ils pourront rouvrir (spectacles vivants principalement). Ces places pourront ensuite être distribuées gratuitement aux personnes s’étant inscrites sur la plateforme Bordeaux-bénévoles et aux bénévoles des
associations qui ont oeuvré pendant toute la période du confinement au maintien du lien social avec les plus précaires
• Proposer les animations du quai des sports (version covid) pendant tout l’été au lieu d’un mois
• Rouvrir les Archives de Bordeaux-Métropole au public en mettant en place les conditions sanitaires adéquates
• Organiser la collecte des images, vidéos, textes qui ont pu être produits pendant le confinement et le déconfinement pour les verser aux archives de Bordeaux Métropole

Adapter la gestion des ressources humaines

• Définir un plan de reprise d’activités clair notamment s’agissant :
o De la part du personnel considéré comme étant des personnes à risque
o Des effectifs des agents territoriaux disponibles au 11 mai
• Maintenir et encourager le télétravail pour les agents dont la présence n’est pas nécessaire dans les bureaux et qui habitent hors de Bordeaux notamment
• Instaurer l’indemnité kilométrique vélo pour les agents de la ville (IKV)

Points transversaux

• Créer un comité de pilotage Ville, Département, Région et associations pour organiser la solidarité en mutualisant les moyens
• Mettre en place un médiateur municipal par quartier
• Créer un observatoire sur les pratiques de ce qui se passe ailleurs pour faire de l’import/export de bonnes idées