Retour sur le Conseil municipal
Partager

Conseil municipal du 13 Juillet

      Le Conseil municipal du mois de Juillet débute par un point sur la situation sanitaire. Comme sur l’ensemble du territoire, les indicateurs se dégradent à nouveau. Le virus circule beaucoup plus rapidement chez les jeunes, avec une forte progression du variant Delta, beaucoup plus contagieux. Si besoin, la Ville se tient prête à réactiver les dispositifs d’urgence déjà utilisés au cours de l’année écoulée.
 
Dernièrement, nous avons aussi été amplement mobilisés autour de l’organisation du double scrutin électoral de juin. Avec les services, ce sont au total près de 1200 personnes qui ont œuvré à la bonne tenue de ce moment démocratique. En 2022, avec les présidentielles et législatives, il y aura quatre tours de scrutins à organiser.
 
Toujours dans les points d’actualité, Sylvie Schmitt et Isabelle Faure présentent notre « Plan été jeunes ». Pour la première fois, seront recensées toutes les activités estivales destinées aux jeunes (12-25 ans), qui ont particulièrement souffert des confinements successifs. Il y aura bien sûr un focus « sport et culture », mais un suivi psychologique sera aussi proposé. Nous voulons toucher ceux qui, dans tous les quartiers, sont les plus éloignés des loisirs estivaux.
 
Les récents effondrements d’immeubles nous ont tous saisis. Soyez assurés de ma complète implication ainsi que celle de nos équipes. Nous faisons le choix de la transparence en communiquant chaque information utile aux riverains, aux propriétaires et occupants. Parce que les propriétaires n’ont pas été en mesure d’engager les travaux de sécurisation dans les délais prescrits, nous les avons initiés.
 
Le permis de louer qui verra bientôt le jour, imposera des visites préalables à toute mise en location : cela permettra de s’assurer que chaque logement est salubre et digne d’être occupé.
 
Parce que chacun doit pouvoir se loger, nous avons choisi d’augmenter la majoration de la taxe d’habitation sur les résidences secondaires. Elles représentent 5 % du parc de logements bordelais. L’objectif du recours à cet outil fiscal est de remettre sur le marché des logements sous-occupés pour mieux répondre à la demande.
 
Par ailleurs, suite au féminicide ayant eu lieu à Bordeaux, j’ai saisi Mme. la Procureure de la République pour que soit désigné un référent “violences conjugales” dans chaque parquet, afin de traiter plus rapidement ces affaires. De plus, le logement est souvent un passage nécessaire dans la reconstruction des victimes. Après évaluation, nous poursuivons donc le dispositif de « baux glissants », permettant aux victimes d’obtenir, à terme, un bail locatif à leur nom.
 
Dans la lignée de la feuille de route sur l’Economie Sociale et Solidaire présentée au dernier conseil, Stéphane Pfeiffer présente le cadre de partenariat avec les Sociétés coopératives d’intérêt collectif (SCIC). Celles-ci associent personnes physiques et morales autour d’un projet commun : entrer au capital d’une SCIC, c’est un autre moyen de soutenir l’économie locale !
 
Une autre délibération est l’occasion pour Didier Jeanjean de rappeler que, concernant la piétonnisation des abords d’écoles, notre première motivation est la santé publique. L’ATMO a identifié différents sites sensibles avec des dépassements de taux autorisés : nous ne pouvons pas faire comme si nous ne savions pas. Nous commençons par les écoles volontaires, des concertations seront mises en place avec les protagonistes, puis six mois de test sont prévus avant l’aménagement définitif. Environ 80% des écoles vont pouvoir être aménagées.
 
Concernant le Forum de la culture, Dimitri Boutleux rappelle qu’il a permis aux acteurs culturels de contribuer à une feuille de route, avec des propositions que nous mettons dès aujourd’hui en action. Ainsi, notre calendrier des demandes d’aides va être synchronisé avec les autres collectivités et la refonte des critères d’attribution permettra de délester administrativement les associations pour mieux se consacrer à leur projet.
 
Cette séance de juillet se termine par un souffle de féminisation et de diversité avec le vote des 16 noms de rues et d’écoles proposés par la commission « viographie » réunie le 17 mai dernier.
 
Pierre Hurmic