Structure d’accueil de la Petite Enfance Détrois. Présentation du rapport annuel de l’exercice clos le 31 décembre 2018. – conseil municipal du 18 décembre 2019
Partager

Delphine Jamet

« Oui, je vais intervenir un peu plus longuement si vous me le permettez. D’abord, je m’interroge vraiment, et je trouve cela assez anormal en fait que, dans le cadre d’une Délégation de Service Public où on reste quand même dans le cadre du service public, la ville n’applique pas son propre règlement de fonctionnement des établissements d’accueil de Petite Enfance. Ici, on a des règles qui mènent à des résultats assez hallucinants où le présentéisme financier s’élève à plus de 100,4 %. Ce que je comprends là-dedans, c’est qu’effectivement, je peux comprendre que l’on puisse revendre des places, etc., faire du surbooking, etc., je l’entends complètement, mais, là, 100,4 %, cela me semble quand même énorme. Je me demande si la solution ne serait quand même pas de revoir les règles de cette crèche parce qu’aujourd’hui, les parents ont droit à moins de jours de congé dans cette crèche que dans les crèches municipales. Il n’y a pas d’équité en fonction du modèle, je trouve cela particulièrement injuste, et on voit ici que cette iniquité favorise un modèle d’entreprise, c’est-à-dire à faire encore plus de gains. Je pense que remettre la réglementation sur le nombre de jours de vacances accordés aux parents aussi dans les crèches en Délégation de Service Public ne va mettre leur modèle en grande difficulté, mais par contre cela remettra de l’équité au sein de tous les parents… Parce qu’ils n’ont pas choisi les parents, ils ne choisissent pas où on met leur enfant, Ils n’ont pas choisi, c’est via la commission. Je pense que cela remettrait un peu plus d’équité et/ou quitte à revoir aussi le nombre de jours de carence.

Enfin, je m’interroge aussi sur le fait que, dans cette crèche, on a, pour le coup, une part d’alimentation biologique qui est en dessous de 20 %. Je sais que ce n’était pas dans la demande initiale, etc., ce qui était bien dommage, mais il va falloir peut-être vite revoir ce genre de demande pour faire évoluer cette pratique.

Enfin, nous tenons à vous alerter aujourd’hui sur les dangers du digital chez le tout petit. Dans le rapport annuel, il est question d’une étude menée auprès des parents pour savoir s’ils étaient favorables ou non au principe d’introduction du digital auprès de leurs enfants en crèche. 56 % étaient spontanément défavorables, mais 57 % sont favorables à l’expérience et à l’apprentissage via le digital. Il est de la responsabilité de la Ville de sensibiliser à la fois les délégataires et les parents sur les dangers des écrans, sur le développement des enfants en bas âge. On ne devrait même pas autoriser l’entrée dans les crèches des écrans. C’est juste une aberration. Outre les effets sur la santé, de plus en plus de professionnels s’inquiètent des retards de langage ou troubles du comportement associés à une exposition précoce et excessive aux écrans. D’après une étude de l’Université de Toronto au Canada, publiée en mai 2017, plus un enfant passe de temps devant un écran, plus il a de retard dans l’apprentissage du langage. Sur près de 900 enfants âgés de 6 mois à 2 ans et suivis entre 2011 et2015, les chercheurs ont observé un risque accru de 49 % du retard de la parole pour chaque demi-heure quotidienne d’écran, juste une demi-heure.

Madame Agnès BUZYN, dès 2018, soulignait aussi que l’exposition de très jeunes enfants aux écrans – télévision, smartphone, tablette – entraînait des risques pour le développement et la santé physique à l’occasion des 10 ans de la campagne du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel visant à bannir les écrans pour les moins de 3 ans. Si nous ne voulons pas participer à « La fabrique du crétin digital », du nom du livre de Michel DESMURGET, Docteur en neurosciences et Directeur de recherche à I’INSERM, ne laissons pas entrer les écrans dans nos crèches, je vous en supplie, et faites-en sorte que cela ne se passe pas ni dans les crèches municipales, ni dans les crèches en délégation de Service Public. Je vous remercie. »