Un mandat municipal au service de l’écologie, du climat, des solidarités : notre tribune de novembre 2019
Partager

Dès notre élection en mars 2014, nous nous sommes engagés à incarner une opposition ouverte mais vigilante, jamais systématique et toujours constructive.

Ainsi, nous avons réussi, dès le début du mandat, à intégrer dans le règlement intérieur du conseil municipal, la possibilité de proposer des vœux portant sur « tous les objets d’intérêt local ».

Nous nous en sommes emparés, de manière régulière, pour orienter les politiques publiques de la ville au service de l’écologie, du climat, et des solidarités.

Nous nous sommes donc mobilisés obtenir une meilleure protection de la population bordelaise face aux risques nucléaires de la centrale du Blayais.

Aux côtés du collectif de parents d’élèves, nous nous sommes battus avec succès, contre l’utilisation des plastiques dans les cantines scolaires et à la cuisine centrale.

Nous avons systématiquement cherché à éveiller les consciences sur les dangers des perturbateurs endocriniens.

Nous avons avancés 20 propositions concrètes pour développer l’agriculture urbaine, reprises dans une communication de la majorité : bientôt un maraîcher s’installera sur le domaine foncier de la ville au Haillan, et nous nous en félicitons.

Nous avons permis la sanctuarisation des dernières zones humides de Bordeaux à la Jallère qui étaient promises à l’urbanisation et nous avons obtenu l’annulation d’une partie du projet, sans renoncer à obtenir l’abandon de toute artificialisation du site.

Nous nous sommes mobilisés contre la destruction d’îlots de fraicheur (place Gambetta, Bastide, Brazza…) ou la création de nouveaux îlots de chaleur (place Tourny…) et mis la place de l’arbre en ville au cœur du débat.

Nous avons obtenu la réalisation d’une étude sur la qualité de l’air à proximité des paquebots, sans être convaincus par la pertinence des résultats.

Nous avons alerté, sans succès, sur la pollution lumineuse et la nécessité de faire respecter la loi de 2013 sur l’extinction des enseignes et des vitrines.

Nous avons veillé à écarter le mécénat de sociétés condamnées pour des délits d’ordre social, financier ou environnemental.

Nous déplorons que notre proposition de paiement de certains services municipaux en monnaie locale, qui favorise le commerce de proximité, n’ait pas été retenue.

Pour engager la ville vers davantage de justice sociale, nous avons proposé, en vain, une taxe sur les logements vacants, l’augmentation de la taxe sur les résidences secondaires, l’encadrement des loyers

Nous avons avancé 12 propositions concrètes pour renouveler la démocratie locale, dont certaines comme les budgets participatifs ont été très tardivement mises en œuvre par la majorité.

Nous avons aussi demandé, sans succès, la mise en œuvre du référendum local à Bordeaux.

Nous allons poursuivre ce travail avec la même détermination, jusqu’aux derniers jours de cette mandature, tout en préparant un projet global pour la suite.